Snowstyle ride le monde

Au centre de l’ile du nord de Nouvelle Zelande, à 300km au nord de Wellington ( la capitale) se trouve le Tongariro National Park, une zone volcanique active. C’est ici que se trouve la plus grande station de Nouvelle Zélande, au pied du Mont Ruapehu, un volcan dont la denière éruption a  eu lieu en 2012. Deux stations principales se trouvent sur ces pentes  Whakapapa et Turoa et un plus petite Tukino. 

C’est dans celle de Whakapapa que j’ai pu tester la neige néo-zélandaise. Une station qui comportent une soixantaine de pistes ( 25 % debutant, 50% intermédiare et 25% expert), reparties sur environ 550 hectares, et allant de 1630m à 2300m. Les pentes nées de mouvements géologiques récents, et un vaste espace accessible offre un terrain de jeu idéal pour le hors piste. Vous trouverez même une zone réservée au freeride :  la « Black Magic backcountry area ».

Ajoutez à cela un park conséquent ( varie suivant les années) incluant un half pipe, et l’accueil chaleureux des Néo-Zélandais, et vous obtiendrez une station qui satisfaira n’importe quel rider, du jeune débutant baroudeur, au snowboarder le plus confirmé à la recherche de nouveaux terrains de jeu, en passant par la petite famille réalisant son rêve au bout du monde.

Petite cerise sur le paquebot, la plupart des hotels à Whakapapa ( village étape au bas de la station) proposent un petit jacuzzi extérieur plus qu’appreciable après une bonne journée de ride.

Je finierai par deux bémols afin de rester le plus objectif possible : des remontées quelque peu vieillotes qui peuvent être vite saturée lorsque les tout citadins ont décidé de venir glisser en temps, et des tarifs pour les forfaits et les hébergements élevés, surtout lorsque l’euro dégringole...

Le mont Ruapehu

Vous l’aurez compris, cette station est une étape incontournable si vous visitez la Nouvelle Zélande !