Snowstyle ride le monde

Voilà déjà un moment que je voulais essayer le sandsurf ( snowboard sur sable pour les rider fâchés avec l'anglais) et mon dernier voyage au Chili m'a permis de tenter l'expérience. C'est à San Pedro de Atacama au cœur du désert le plus aride au monde que j'ai pu glisser sur les dunes.


Sandsurf chili

Afin d'éviter les excursions couteuses depuis la ville, j'ai décidé de louer un vélo, et une planche en ville. Le choix entre un planche en contreplaqué avec de simples petits straps et une vrai planche de snow avec de vraies fixes m'à été proposé, et j'ai malheureusement opté pour la deuxième solution (au grand dam de mes mollets, griffés au sang par les frottements entre le sable et les spoilers arrières des fixes) Mais ça je ne l'apprendrai que plus tard....

Vélo et planche loués, et avec une simple feuille griffonnée en guise de plan, me voilà parti avec un pote sur les routes du désert d'Atacama. Apres une vingtaine de minutes sur les routes goudronnées, début de la galère avec une petite piste caillouteuse et surtout de grosses portions de sable ou les roues du VTT s'enfoncent allègrement , vous obligeant à descendre et pousser le deux-roues, le tout sous une chaleur accablante, même à dix heure du mat'. Enfin.. la motivation et les nombreux treks en très hautes altitudes effectués quelques jours auparavant aidant, je parviens à la fameuse dune ou l'on tolère le sandsurf (le reste du parc étant protégé). Mais la galère ne s'arrête pas là, puisque qu'il faut encore monter en haut de la dune afin de profiter de la première glisse par 35 degré a l'ombre. Après 5 minutes de montée sinueuse, j'arrive enfin au sommet et déjà la fatigue s'évapore devant le spectacle grandiose qu'offre la vision du désert.

Dernière opération avant de m'élancer, le fartage de la planche ou plutôt devrais-je dire le cirage, puisqu'il s'effectue avec une simple bougie donnée à l'agence de loc de la board. Après une demi-bougie étalée très facilement par cette chaleur, je chausse le snow, et c'est parti !

Première surprise, ça ne glisse pas ! Même en ligne droite et avec une bonne pente j'arrive péniblement au bas de la dune. Ne voulant pas me satisfaire d'une descente à la vitesse digne d'un jeune shhiiieuurr dans le club des piou-piou, je déchausse et me dirige vers le sommet de la dune, là où la pente est la plus forte ( autour de 70,75°) et la enfin ça descend ! Au niveau des sensations, on pourrait comparer le sable avec de la neige bien lourde et collante de printemps avec laquelle on utiliserait une planche qui n'a pas été fartée depuis 10 ans.

Sandsurf chili

Peu importe, les sensations sont tout de même là et ce n'est qu'après une quinzaine de descentes, ou plutôt devrais-je dire de remonté, et une méchante chute après un test de front flip ( ou d'ailleurs j'ai du chercher mes lunettes de soleil sous 1m de sable et qui m'a permis de me faire un gommage du cuir chevelu et des canaux auditifs) que j'ai jeté l'éponge...

Dernière difficulté de la journée, les 15 kilomètres en vélo pour rentrer jusqu'à San Pedro, et pouvoir enfin profiter d'un repos bien mérité !

   Sandsurf chili